Préhistoire 

-  50.000 ...  - 3500

 

   

 

     chasseur-cueilleur et homme d’affaires                                                    

 

                            De nombreuses études scientifiques démontrent depuis quelques années que les inégalités sociales sont extrêmement anciennes, puisqu'elles précèdent largement l'apparition de l'agriculture. En Espagne, une large étude du CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Cientificas) a porté sur trois sites néandertaliens (El Sidron en Espagne, L’Hortus en France, et Spy en Belgique, vers – 50 000 ans) et a montré par l’examen de 99 dents de 19 individus, plusieurs marques différentes selon les sexes (rayures, entailles, etc.), qui indiquent une répartition sexuelle au moins partielle des tâches. Dans ces sociétés, on utilisait  les dents, comme dans certaines populations traditionnelles d’aujourd’hui, pour des travaux tels que la confection des vêtements, la préparation des fourrures (plutôt réservées aux femmes) ou encore la fabrication ou la réparation d’outils (plutôt dévolues aux hommes).  Le préhistorien Emmanuel Guy voit même dans l’art pariétal des grottes telles Chauvet ou Lascaux des œuvres d’artistes d’une haute technicité et d’une grande spécialisation qui impliquent déjà une hiérarchisation sociale (“Ce que l’art préhistorique dit de nos origines”, Flammarion, 2017). La spécialisation, l’apprentissage d’artisans du paléolithique supérieur ont été soulignés à plusieurs reprises. Selon divers chercheurs, différentes études ethnographiques et archéologiques montrent que, dès la préhistoire, au Paléolithique supérieur (de - 40 000 à - 10 000 environ), voire moyen (Hayden, 2008), il existe des groupes humains de chasseurs-cueilleurs qui connaissent une organisation complexe où ces inégalités  commencent à faire leur apparition.  Dans diverses sépultures du paléolithique supérieur, comme en Colombie britannique (Canada), la quantité et la qualité des parures trouvées donnent à penser que leurs propriétaires jouissaient d'un certain prestige, d'une certaine considération, qui ont fait partie des premiers signes de distinction de rang social et de richesse  (White, 1999 ; Vanhaeren et Errico, 2003, Hayden, 2008 ; Boulestin, 2014).  On retrouve ces caractéristiques en Russie à Sungir, par exemple (- 25 000 ans), où un homme était enseveli avec plus de vingt bracelets, des poignards et des lances, en ivoire de mammouth, mais aussi des canines de renard, et surtout, des vêtements ornés de plus de trois milliers de perles (White, 1999). Par ailleurs, notre homme faisait partie d’une minorité de gens inhumés dans leurs habitations, « apanage de quelques personnages privilégiés » [1]. A Saint-Germain-la-Rivière, en Gironde,  un site du magdalénien (- 16 200) contenait un mobilier funéraire riche de parures (craches [2] de cerf, en particulier) permettant de penser que « ces objets étaient probablement utilisés pour marquer l’appartenance de certains individus à des groupes sociaux privilégiés. » (Vanhaeren et Errico, 2003).

[1]  Sophie Archambault de Beaune et Antoine Balzeau , « La Préhistoire », CNRS Editions, 2009.

[2]  Craches (ou croches) de cerf  : canines supérieures résiduelles, atrophiées, héritées de leurs ancêtres.

 

Au mésolithique (ou Epipaléolithique, environ 20 000 à 10 000 an avant notre ère),  la culture Jomon, au Japon (XIIIe-IIIe millénaire avant notre ère), était productrice de riches poteries, issues de chasseurs-cueilleurs et/ou  pêcheurs sédentaires. Les chasseurs de mammouths du Gravettien d’Europe Centrale, vers – 29 000 ans, ont très probablement été sédentaires (Fisáková, 2013) et montraient déjà beaucoup de créativité technique (cf. Goutas, 2013).  En Anatolie, les chasseurs cueilleurs néolithiques de Körtik Tepe et Göbekli Tepe (vers – 10 000), premier ensemble d’architecture connu, produisent quant à eux des objets raffinés, de prestige, tel le mobilier funéraire, qui permettent de déduire qu'ils étaient, eux aussi, réservés en partie à une minorité de la population (Dietrich et al., 2012 ; Özkaya & Coşkun, 2009 ; Schmidt, 2009). 

 

C’est la constitution progressive de surplus de production qui sera un élément déterminant de nouvelles transformations sociales et économiques. A différents endroits de la planète (côte nord-ouest des Etats-Unis, de la Sibérie, de la France du magdalénien, du Japon, etc.), des sociétés de chasseurs-cueilleurs sédentaires (parfois nomades [3]) se mettent à conserver des excédents de nourriture, et l’anthropologue Brian Hayden va jusqu’à penser que c’est la production de ce surplus et la gestion qui en découle qui entraîne la sédentarité et non l’inverse (Hayden, 2008).  Des plantes résistantes (graines, fruits à coques, en particulier les glands) sont stockées au sec, et les produits animaux (gibiers, poissons) sont préparés et séchés ou fumés (Testart, 1982). L'anthropologue Alain Testart s’est intéressé de près à ce stockage des denrées, mettant en évidence que cette pratique a fait partie des premières activités humaines qui ont modifié profondément les relations sociales du village néolithique, devenu « laboratoire de fabrication du pouvoir et le siège d’inégalités [4] » selon l’archéologue Jean Guilaine, ce qui accélère le « développement d’une différentiation sociale entre riches et pauvres » (Testart, 2012). Ainsi, avant de pouvoir constituer des surplus divers (nourriture, peaux, objets manufacturés, etc.) il ne semble guère possible d’établir entre les individus des différences notables de richesse, ce qui devait produire des sociétés relativement égalitaires, au moins sur le plan économique. Différents chercheurs pensent que l'accumulation de biens permettra à des chefs [5], sans que nous en connaissons les détails, des dons, des échanges ostentatoires, en témoigne la pratique du  potlatch,  qui est une lutte pour le prestige et qui s'opère par un échange de biens donnés ou détruits, auquel l'anthropologue Franz Boas consacrera des études, à la fin du XIXe siècle,  au travers des sociétés indiennes du Nord-Ouest américain (Kwakiutl, Haida, Tlingit, etc.). Ces luttes de prestige entraînent alors, des appropriations individuelles ou de groupes, des hiérarchies plus ou moins durables, le début de l’exploitation du travail (Testart, 1982), l’esclavage, la reconnaissance du droit de propriété, des fêtes somptuaires,  mais aussi la formation de réseaux élitistes, les sociétés secrètes, la circulation des objets de prestige, l’imposition des tabous, la gestion des guerres, etc. (Hayden, 2008, 2013)  associées ici ou là à des constructions de monuments funéraires imposants, de type mégalithe, tertre ou tumulus, avec ici et là un certain nombre d’organisations politiques de type « ploutocratie ostentatoire » (Testart, 2012), où ceux qui ne peuvent disposer de surplus sont exclus des manifestations collectives, et partant, marginalisés (Dietler et Herbich, 2001). A partir de là, on peut comprendre aisément la part de calcul, de ruse, de stratégies permettant aux nouveaux  "chefs" à faire accepter de la part  le groupe les nouvelles règles de pouvoir, les hiérarchies fondées en partie sur la dette (Hayden, 2008), principal outil d’inégalités de toute l’histoire, nous le verrons : « se servir des surplus de nourriture pour créer des dettes contractuelles réciproques et pour forger des alliances puissantes était l'un des moyens les plus universels d'acquérir des avantages politiques et économiques dans des sociétés transégalitaires [6]… » (Ariès, 2016)

[3]   Sahlins précisait déjà dans les années 1960 que certains chasseurs-cueilleurs nomades pouvaient avoir en réserve une année de consommation (Moreau de Bellaing, 1982).

[4] Jean Guilaine, L’héritage néolithique, interview pour Sciences Humaines, 03 mai 2011 , source :  https://www.scienceshumaines.com/l-heritage-neolithique-entretien-avec-jean-guilaine_fr_27195.html

[5]  La division sexuelle des tâches, déjà présente au  paléolithique, est un phénomène quasi-universel (Brown 1970 ; Boisseau 1977), et réserve le plus souvent aux  hommes les domaines clefs du pouvoir :  la chasse, la guerre et la politique. (Pétillon et Darmangeat, 2018). « on n’a jamais trouvé de vraie société matriarcale, où ce serait les femmes qui auraient l’exclusivité du pouvoir et dirigeraient la société et les  hommes. Cela n’existe pas… » (Cauvin, 1985).

[6]  Entre sociétés égalitaires originelles et sociétés inégalitaires, elles se distingueraient, selon Brian Hayden (cf. bibliographie), par une sédentarité saisonnière, un développement du stockage, une compétition économique, un usage des biens de prestige, le culte des ancêtres, etc., permettant de réduire le rôle du partage, de faire naître la propriété privée des productions et des ressources et leur transmission par héritage, les hiérarchies de pouvoir, etc.

Les richesses permettent aussi l’élaboration des prestations patrimoniales, chez les chasseurs-cueilleurs sédentaires et stockeurs. Selon Testart, tant que la richesse est « usufondée », c’est-à-dire fondée sur l’usage  et ne s’investit pas dans la propriété des terres (propriété « fundiaire »), elle sert à payer « le prix de la fiancée », réclamée par la belle famille, ou celui du sang (wergeld), et formerait ainsi une sorte de monnaie primitive, qu’on retrouve dans de nombreuses sociétés néolithiques.

Ce changement permettra au futur époux de ne plus rendre de services sur le long terme pour acquérir une femme, mais en obtenir le prix : On voit par là un des traits qui a élaboré le patriarcat et constitué la domination masculine sur les femmes, mais qui prend sa source bien plus avant dans l’histoire par la division quasi-universelle des sexes au travail (Brown 1970 ; Boisseau 1977), qui écartera partout les femmes de tout type de chasse, ce que différents chercheurs expliquent en partie non pas biologiquement (en arguant de la force physique en moyenne inférieure des femmes), mais symboliquement, parce que le sang des menstrues serait vu comme une menace pour  l’ordre social, l’homme faisant couler le sang par sa volonté et son libre-arbitre, la femme le libérant sans pouvoir l’en empêcher (Testart, 1986 ; Héritier, 1996). Par ailleurs, les tombes masculines du néolithique contiennent souvent des armes (haches, pointes de flèches) quand celles des femmes révèlent du matériel de mouture, comme les meules (Demoule, 2012).

Une autre manifestation des inégalités sociales est le principe de l’esclavage, dont les chercheurs pensent avoir trouvé les premières manifestations connues à la fin du néolithique dans les cultures du Chasséen, de Michelsberg,  Münchshöfen et Munzingen, s’étalant sur un long croissant entre le Sud de la France et la Slovaquie entre 4500 et 3500 ans avant notre ère.  On trouve ainsi des fosses circulaires des hommes et des femmes jetés sans ménagement aux côtés de défunts enterrés de manière stricte et conventionnelle. Habituellement, les « morts d’accompagnement », comme les appellent les spécialistes, accompagnent les défunts dans la mort et sont enterrés respectueusement. Ce sont des femmes qui suivent leur mari (tel le rite du sati en Inde), des serviteurs royaux leur prince (nombreux dans la Chine des Shang ou des Zhou), des compagnons leur chef tombé au combat. Mais dans ce cas-ci, on n’a eu aucun égard pour les morts, qui sont très probablement des esclaves qui ont suivi leur maître dans l’au-delà, pratique de nombreuses sociétés par la suite, comme chez les Amérindiens du Nord-Ouest ou en Afrique Noire, particulièrement en Côte d’Ivoire [8] (Boulestin, 2008 ; Testart, 2004).

Avant cette construction progressive du pouvoir patriarcal, certains scientifiques prétendent qu’aurait existé une longue période de matriarcat, associée à plus d’égalité et plus de coopération entre les sexes  (Konner, 2015 ; Hrdy, 2009 ;  Knight, 1991, etc.).   Cette thèse avait été ébauchée au XIXe siècle par le philologue suisse Johann Jakob Bachofen (Das Mutterrecht, « Le règne de la Mère », 1861), puis par l’anthropologue américain Lewis Henry Morgan (Ancient Society, 1877).  Le problème principal des arguments avancés, qu’il s’agisse par exemple de comparer des chasseurs cueilleurs modernes à ceux vivant il y a 50 000 ans, d’interpréter l’usage de l’ocre par les femmes pour tromper collectivement les hommes sur leurs périodes de menstruation, ou encore de fonder la division sexuelle du travail sur l’approvisionnement des mères par les mâles, c’est qu’ils sont construits, selon un grand nombre de chercheurs,  « sur des hypothèses douteuses » (Zihlman, 2001), ou encore sur un « scénario improbable et non démontré », selon la critique du Professeur Joan Geo adressée à l’ouvrage de Chris Knight, Blood relations (Gero, 2008), et ce « tout simplement parce qu’au-delà d’une certaine date, l’archéologie ne dit plus rien, et qu’il n’existe aucun moyen de récolter des informations ailleurs que dans des boules de cristal [9]  ».  Et même quand le matériel devient plus abondant et présente des figurines de femmes (les fameuses « Vénus ») évoquant la fécondité, ces données « nous informent sur les structures de l'imaginaire : elles ne nous disent rien sur le statut réel de la femme dans les sociétés paléolithiques. » (Cauvin, 1985). Ce prétendu matriarcat primitif, popularisé par l’archéologue lithuanienne Marija Gimbutas puis par la « Gender Archaeology » américaine n’a, pour beaucoup de chercheurs, « rien de consistant » (Testart, 2010). 

 

[8]   Revue Pour la Science, N° 396, Les esclaves des tombes néolithiques, d’Alain Testart, Christian Jeunesse, Luc Baray et Bruno Boulestin.

[9]    Christophe Darmangeat, Maître de Conférences à l’Université Paris Diderot, Un échange (sportif) avec une anthropologue « radicale », sources : http://cdarmangeat.blogspot.com/2016/07/un-echange-sportif-avec-une.html

Plus loin dans le temps encore, on rappellera que l’espèce humaine est issue d’une longue évolution qui passe par les ancêtres des grands singes (dans l’ordre : gibbons, orangs-outans, gorilles, chimpanzés et bonobos). Mais, si de nombreux articles journalistiques mettent en avant que nous partageons avec les chimpanzés 98 % de notre patrimoine génétique, ils omettent presque toujours de préciser que ce pourcentage impressionnant ne concerne que les gènes codants, qui sont responsables de l’expression des protéines. D’importance fondamentale, ceux-ci ne constituent pourtant qu’1,5% de notre ADN total, ce qui explique en partie à quel point l’espèce humaine s’est détachée radicalement de celles des primates, tout particulièrement par l’augmentation significative de la taille de son cerveau. La place exceptionnelle de notre espèce dans le règne animal ne permettrait donc pas à l’éthologie de « prendre en compte la double dimension évolutive et adaptative qui a conduit l’être humain à posséder un cerveau lui donnant un accès au symbolique suffisamment important pour lui permettre la maîtrise, voire le contrôle de ses comportements, lesquels sont inscrits par rapport à un système de valeurs qui est une synthèse de son histoire personnelle et de sa vie sociale. » (Fracchiolla, 2013). C’est pourquoi, même si on ne peut nier l’intérêt de cette discipline pour éclairer ici ou là nos propres comportements, on ne peut raisonnablement pas s’en emparer pour élaborer des théories, des systèmes d’explication sur les constructions des sociétés humaines. Les singes ne partagent pas leur nourriture en commun comme savent le faire des communautés humaines, ils n’accumulent pas de richesses et celles-ci, nous l’avons vu, ont été un élément déterminant dans la production des inégalités sociales et économiques, et non le seul fait d’instincts, comme l’’agressivité ou le pouvoir. Cependant, il paraît incontestable, au vu des travaux des éthologues ou des primatologues, que cet héritage animal continue pour une part d’être partagé par homo sapiens sapiens, et peut influencer nos comportements dans certaines circonstances, dans la violence, les guerres, en particulier, par des schémas d’émotion et d’action que Konrad Lorenz avait appelé « parlement des instincts » (L’agression, une histoire naturelle du mal, 1963). Le biologiste et primatologue Frans De Waal ira encore plus loin, en dénichant chez les animaux toutes sortes de marques d’empathie, de bonté, de coopération ou d’équité qui suggèrent la part biologique des fondements de la morale humaine (Le bonobo, Dieu et nous. A la recherche de l’humanisme chez les primates, Les liens qui libèrent, 2013).      

L’accumulation accélérée des richesses accompagne les débuts de l’agriculture, mais aussi l’apparition des premières guerres [10] vers - 11 000 sur le territoire du Soudan actuel. Dans le cadre d'une vaste étude dirigée par Timothy Kohler, de la Washington State University, et publiée dans la revue Nature n° 551 du  30 novembre 2017, des archéologues ont étudié une soixantaine de sociétés du néolithique d'Afrique, d'Europe, d'Asie et d'Amérique, dont les époques s’échelonnent de – 9000 à 1500. Alors que l'étude des sépultures, des mobiliers funéraires, ne permettent pas toujours de dégager des certitudes sur le statut social des défunts, Kohler et ses collègues ont montré que la disparité des tailles des habitations est une variable commode et universelle qui témoigne du niveau d'inégalités qui existe dans une population. Ainsi, quand les individus ne se distinguent pas entre eux par des statuts sociaux significativement différents, la taille des maisons est relativement homogène dans leur groupe, alors qu'il ne le sera pas pour d'autres, où les inégalités sociales et économiques sont importantes. Dans tous les cas, les études menées par Kohler montrent que toutes les sociétés étudiées par son équipe, ont vu apparaître la domestication des plantes et connu des inégalités sociales et économiques. Cependant,  à partir de 2500 ou 3000 ans après les débuts respectifs de l'agriculture selon  les régions, les disparités de richesse continuent d'augmenter sur les continents d'Asie, d'Afrique et d'Europe, alors qu'elles deviennent stables ou diminuent en Amérique du Nord ou dans les sociétés mésoaméricaines, peut-être du fait d’un déficit de bétail, d’animaux de trait. Des chercheurs du département d'anthropologie de l'Université de Montana, Anna Prentiss et Tom Foor, ont confirmé cette différence entre ancien et nouveau monde par leurs fouilles de Bridge River, en Colombie Britannique (Canada)  et Ozette, dans l'état de Washington (Etats-Unis). Comme les études de l'équipe de Kohler, leurs recherches ont montré que les inégalités de richesses à la fin du néolithique étaient plus importantes dans l'espace eurasien qu'en Amérique du Nord ou en Mésopotamie (Kohler, T., Smith, M., Bogaard, A. et al. Greater post-Neolithic wealth disparities in Eurasia than in North America and Mesoamerica, revue Nature n°551, 619–622, 2017). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le développement de l'agriculture, la complexité grandissante des systèmes politiques, des innovations techniques, mais aussi l'augmentation des populations  ont accru ces inégalités, précisent les chercheurs, une plus grande sédentarité ayant entraîné une plus grande accumulation de biens matériels.  Il ne fait donc guère de doute que les inégalités sociales augmentent, dès la fin de la préhistoire, et que la liberté et la capacité des uns à obtenir leur bien-être diminuent celles des autres à obtenir le leur. 

[10]   cf. Jean-Paul Demoule, Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire, Fayard, 2017

                                              BIBLIOGRAPHIE               [↩]

 

ANDREU Guillemette, 1985, « Recherches sur la classe moyenne au Moyen Empire », Akten des vierten internationale Ägyptologen Kongresses München, Band 4

ARNOLD J. 1996 - The archaeology of complex hunter-gatherers. Journal of Archaeological Method and Theory.

BLANTON R., COOK. R.A., ESPINOZA. V. H., FARGHER L., LOPEZ CORRAL. A., MILLHAUSER. J., MARINO M, 2017 - Chipped Tool Production and Exchange in Late Postclassic Tlaxcallan: Integrating Specialized Production with the Political Economy of a Collective State, 81e Conférence annuelle  de la Society for American Archaeology, Vancouver, British Columbia, Canada.

BOISSEAU, C. et al.,  1977   - Adam et Ève après le Jardin d’Eden, le rôle comparé de l’homme et de la femme dans l’acquisition de la subsistance d’après les données de l’Ethnographic Atlas de G.P. Murdock. Essai d’analyse interculturelle », Cahiers de l’Institut d’ethnologie, n° 1, 89 p.

BORRELLO M.A. La recherche archéologique et les origines de l'agriculture.

https://www.persee.fr/docAsPDF/globe_0398-3412_2015_num_155_1_7373.pdf

BOULESTIN. B., 2014 -   Une lecture de “Avant l’histoire”, L’Homme, 212 | 2014, 37-55.

https://journals.openedition.org/lhomme/23730#quotation

BOULESTIN. B., 2008 -  Pourquoi mourir ensemble ? À propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 105, n° 1, pp.103-130, 2008.

BROWN, J., 1970  -  A note of the division of labor », American Anthropologist, t. 72, n° 5 : 1073-1078.

CAUVIN J., 1985 - La question du « matriarcat préhistorique » et le rôle de la femme dans la préhistoire. In: La femme dans le monde méditerranéen. I. Antiquité. Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (Travaux dela Maison de l'Orient, 10).

https://www.persee.fr/doc/mom_0766-0510_1985_sem_10_1_2026

CLASTRES P., 1974, La Société contre l’Etat, Editions de Minuit.

D'ANGLURE B.S, 1977, Mythe de la femme et pouvoir de l'homme chez les Inuit de l'Arctique central (Canada), Anthropologie et Sociétés, vol. 1 no 3, Québec : département d'anthropologie, Université Laval.

DARMANGEAT Christophe et  PETILLON Jean-Marc, 2018, Histoire et préhistoire de la domination masculine. Parcours. Cahiers du GREP Midi-Pyrénées.

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01941677/document

DEHOUMON M., 2011, Droits des minorités : Protéger les pygmées d’Afrique contre les discriminations.

https://halshs.archivesouvertes.fr/file/index/docid/574234/filename/Droit_des_minorites_pygmees_afrique.pdf

DEMOULE J-P., 2012 « Pouvoirs, sexes et genres », Les nouvelles de l'archéologie, N° 127.

http://journals.openedition.org/nda/1319

DIETLER ET HERBICH, 2001 – Feasts and labor mobilization dissecting a fundamental economic practice,  in M. Dietler and B. Hayden (eds.), Feasts: Archaeological and Ethnographic Perspectives on Food, Politics, and Power, Smithsonian Institution Press, Washington and London.

DIETRICH, O., KÖKSAL-SCHMIDT, C. NOTROFF, J. et al. (2012), Göbekli Tepe, a stone ritual center in Southern Turkey.

ESTALRRICH A., ROSAS A., 2015, Division of Labor by sex and age in Neandertals: An Approach through the Study of Activity-related Dental Wear. Journal of Human Evolution.

FIŠÁKOVÁ, M. N, 2013,  Seasonality of Gravettian         sites  in the Middle Danube Region and adjoining areas of Central Europe, Quaternary International Revue N° 294.

FRACCHIOLLA. B., 2013,  De l’agression à la violence verbale, de l’éthologie à l’anthropologie de la communication. Presses Universitaires de Rennes.

GERO. J.M., 2008 Blood Relations: Menstruation and the Origins of Culture. Articlein 

GOUTAS, N., 2013, De Brassempouy à Kostienki : l’exploitation technique des ressources animales dans l’Europe gravettienne, in M. Otte (éd.), Les Gravettiens, Paris, Arles, Éditions Errance.

HAYDEN, B. L'homme et l'Inégalité. L'invention de la hiérarchie durant la Préhistoire, Editions CNRS, 2008.       

                      

HAYDEN, B., 2013, Naissance de l’inégalité, L’invention de la hiérarchie, éditions du CNRS, collection Biblis

HERITIER, F. 1996. Masculin, féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

HERVE C. Le pouvoir vient d’ailleurs. Leadership et coopération chez les Inuits du Nunavik, PUL Presses de l'Université de Laval (Canada), Collection Mondes autochtones, 2015

HRDY S. B., 2009. Mothers and others. The evolutionary origins of mutual understanding. Harvard: Belknap Press.

KELLY R.L. 1995 - The Foraging Spectrum: Diversity in Hunter-GathererLifeways. Washington DC: Smithsonian Institution Press.

KNIGHT, C. 1995 [1991] Blood Relations. Menstruation and the origins of culture. London and New Haven: Yale UP  

    

KONNER, M. 2015. Women After All: Sex, Evolution, and the End of Male Supremacy. New York: W. W. Norton.

KOYAMA S. et THOMAS D. (Eds.) 1981 - Affluent Foragers: Pacific CoastsEast and West. Osaka: National Museum of Ethnology. (Senri Ethnological Studies, 9)

LEE R.B. et DEVORE I. (Eds.) 1968 - Man the Hunter. Chicago : Aldine Publishing Company, 1968.

LEE R. B., 1993,  The Dobe Ju/’hoansi. Orlando, FL: Harcourt Brace.

MARLOWE F., 2010, The Hadza: Hunter-Gatherers of Tanzania, First Edition

MAZÉ Christelle, 2016, À la recherche des « classes moyennes. Les espaces de la différenciation sociale dans l’Égypte du IIIe millénaire av. J.-C., Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale (BIFAO), 116.

https://journals.openedition.org/bifao/301

MOREAU DE BELLAING L.  1982 - Alain Testart, Les chasseurs-cueilleurs ou l'origine des inégalités, Nanterre-Paris X, Société d'ethnographie.

ÖZKAYA, V. & COŞKUN, A. (2009) “Körtik Tepe, a new Pre-Pottery Neolithic A site in south-eastern Anatolia”. Antiquity 83, pp 321-330.

PRICE T.D. et BROWN J. (Eds.) 1985 - Prehistoric Hunter-Gatherers: the emergence of Cultural Complexity. New York: Academic Press.

PRICE T.D. et FEINMAN G.M. (Eds.) 1995 - Foundations of SocialInequality. New York: Plenum Press.

SCHMIDT, K. (2009) “Göbekli Tepe - Eine Beschreibung der wichtigsten Befunde erstellt nach den Arbeiten der Grabungsteams der Jahre 1995- 2007”. In : Erste Tempel-Frühe Siedlungen. 12000 Jahre Kunst und Kultur. Oldenburg.

TESTART A. 1981 - Pour une typologie des chasseurs-cueilleurs. Anthropologie et Sociétés.

TESTART A. 1982a - Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités. Paris: Société d’Ethnographie.

TESTART A. 1982b - The significance of food storage among hunter-gatherers: residence patterns, population densities, and social inequalities. Current Anthropology, 1982.

TESTART, A. 1986 - Essai sur les fondements de la division du travail chez les chasseurs-cueilleurs. Paris, Éditions de l’Ehess.

TESTART, A. 2004 – La servitude volontaire en deux volumes : Les morts d’accompagnement, L’origine de l’Etat, Errance.

TESTART Alain, JEUNESSE Christian, BARAY Luc, BOULESTIN Bruno, 2010, Les esclaves des tombes néolithiques, Pour la Science N° 396.

TESTART, Alain. 2012,  Avant l'histoire. L'évolution des sociétés, de Lascaux à Carnac, Collection Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard.

VANHAEREN M. et D’ERRICO F.  2003 – Le mobilier funéraire de la Dame de  Saint-Germain-La-Rivière (Gironde) et l’origine paléolithique des inégalités. Revue Paleo, n° 15.

https://journals.openedition.org/paleo/1293

VILLOTTE Sébastien, 2008, Enthésopathies et activités des hommes préhistoriques - Recherche méthodologique et application aux fossiles européens du Paléolithique supérieur et du Mésolithique. Autre [q-bio.OT]. Université Sciences et Technologies - Bordeaux I

WHITE R. 1999. Intégrer la complexité sociale et opérationnelle : la construction matérielle de l’identité sociale à Sungir. In : Préhistoire d’os. Recueil d’études sur l’industrie osseuse préhistorique offert à Henriette Camps-Faber. Aix-en-Provence: Publications de l’Université de Provence.

WILDUNG Dietrich, L'âge d'or de l'Egype, Le Moyen Empire, Office duLivre, 1984

WOODBURN J., 1968, An introduction to Hadza ecology. In R. B. Lee and I. DeVore (eds.), Man the hunter, Chicago : Aldine.

WOODBURN J., 1982,  Egalitarian societies, Man, New Series, vol. 17, N° 3

ZIHLMAN Adrienne., 2001, review of The Evolution of Culture: An Interdisciplinary View, Dunbar R., Knight C., Power C. (eds), American Journal of Archaeology, Vol. 105, No. 3.  

                                           

                                                 IconOGRAPHIE

                

 Image en en-tête  :  Peinture rupestre de Bhimbekta, Inde, entre - 26000 et - 8000 avant notre ère (image colorisée).

Fouilles de Bridge River :

https://www.eurekalert.org/multimedia/pub/156395.php?from=377388

Housepit 54 (maison-fosse) vers 1900-1850, période de commerce de la fourrure, reconstitution

https://miro.medium.com/max/1890/1*OP7RKvaXG24z4UBpwCd_eA.jpeg

                                                             

 

                                                                         [↩]

 

archeologie-prentiss-foor-bridge river-c
archeologie- river-colombie britannique-